Le traité de Paris (1355) entre la Savoie et la France : fin de guerres récurrentes et nouvelles perspectives
2012
Daniel Chaubet

Extrait de : "Médiation, paix et guerre au Moyen Âge (édition électronique)"
Sous la direction de Michel Sot
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Textes de Michel Balard, Daniel Chaubet, Franck Collard, Anne-Marie Eddé, Mathilde Hallot-Charmasson, Marion Foucher, Jean-Loup Lemaitre, Valérie Menès-Redorat, Marie Nikichine, Giulia Rossi Vairo, Vicent Royo Pérez, Kristjan Toomaspoeg
Éditions du CTHS
2012
p. 29-36
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Depuis le XIIe siècle, de multiples guerres ont opposé les Savoyards aux Dauphinois et à leurs alliés du comté de Genève et du Faucigny. En 1349, le dauphin Humbert II vendit ses États au roi de France, devenu ainsi l’adversaire des Savoyards. Vainqueur aux Abrets en 1354, le comte Amédée VI de Savoie conclut en 1355 avec la France un traité prévoyant de nombreux échanges de territoires et qui fut scellé par son mariage avec une princesse française, Bonne de Bourbon. Ceci permit non seulement de sortir d’un long cycle de guerres, mais marqua aussi le début d’un processus qui conduisit le comté puis le duché de Savoie à devenir le royaume de Piémont-Sardaigne, puis celui d’Italie en 1861. L’article est conduit sur les plans historique (les événements) et historiographique : leur présentation/interprétation par les premiers historiens savoyards.