Faire la guerre pour faire la paix ? La guerre juste au bas Moyen Âge
2012
Valérie Menès-Redorat

Extrait de : "Médiation, paix et guerre au Moyen Âge (édition électronique)"
Sous la direction de Michel Sot
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Textes de Michel Balard, Daniel Chaubet, Franck Collard, Anne-Marie Eddé, Mathilde Hallot-Charmasson, Marion Foucher, Jean-Loup Lemaitre, Valérie Menès-Redorat, Marie Nikichine, Giulia Rossi Vairo, Vicent Royo Pérez, Kristjan Toomaspoeg
Éditions du CTHS
2012
p. 119-129
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Le concept de guerre juste a resurgi récemment, et a été largement débattu à l’occasion du conflit irakien. L’idée est ancienne : Aristote, Cicéron ou encore saint Augustin en proposent diverses approches, politique, morale, juridique, judiciaire, religieuse. C’est à Thomas d’Aquin qu’il revient d’avoir théorisé plus précisément cette notion au XIIIe siècle. « Pour que la guerre soit juste, écrit-il dans la Somme théologique, elle doit être déclarée par une autorité publique compétente, la cause doit en être juste et l’intention de celui qui la mène doit être droite. » Ces trois conditions rationalisent et réglementent la guerre, qui devient un mécanisme de régulation des rapports entre les hommes en vue du maintien de la paix. La notion de guerre juste autorise alors de faire la guerre pour faire la paix. Mais qu’en est-il de la confrontation entre la théorie et la pratique médiévale des Capétiens ?