Une opération de sortie de crise dans l’Empire hamidien : les premiers temps de l’occupation internationale de la Crète (1897-1898)
2013
Patrick Louvier

Extrait de : "Sortir de la guerre (édition électronique)"
Sous la direction de Patricia Gillet
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Textes de Nolwenn Alary, Pierre-Marie Delpu, Élisabeth Dorier, Mathilde Joncheray, Sylvie Le Clech-Charton, Patrick Louvier, François Michel, Alexandre Niess, Roseline Salmon, Hélène Say
Éd. du CTHS
2013
p. 19-30
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

En mai 1896, une série de maladresses et de provocations plonge la Crète dans une situation insurrectionnelle qui ranime, pour la troisième fois en un demi-siècle, une guerre civile entre insulaires musulmans et chrétiens orthodoxes. L’anarchie et les violences, l’ingérence croissante de la Grèce et le risque de complications internationales amènent la France, l’Angleterre, l’Italie et la Russie à occuper l’île en février 1897, occupation confiée à un Conseil des amiraux, doté de moyens militaires conséquents et dont les fonctions prennent fin avec l’instauration d’un régime d’autonomie en novembre 1899, quand la phase aiguë de la crise crétoise est passée. L’ambition de cet article est de déterminer les conditions matérielles, politiques et humaines qui entourent l’engagement et les premiers temps de cette occupation internationale, une des dernières opérations conjointes du concert des nations en Europe.