Boys will be boys : les permissionnaires américains et la population niçoise en 1945
2013
Nolwenn Alary

Extrait de : "Sortir de la guerre (édition électronique)"
Sous la direction de Patricia Gillet
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Textes de Nolwenn Alary, Pierre-Marie Delpu, Élisabeth Dorier, Mathilde Joncheray, Sylvie Le Clech-Charton, Patrick Louvier, François Michel, Alexandre Niess, Roseline Salmon, Hélène Say
Éd. du CTHS
2013
p. 55-65
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

En 1945, des centaines de milliers de soldats américains sont accueillis en permission à Nice, libérée au mois d’août l’année précédente. Les hommes de troupe et les Niçois vivent une phase de déprise de l’état de guerre. D’une part, les combattants s’éloignent pour quelque temps de l’Allemagne dévastée qu’ils occupent, de leurs souvenirs sanglants et de leur appréhension du départ pour le théâtre d’opérations du Pacifique. Les Niçois, quant à eux, font face à de réels problèmes de ravitaillement en denrées courantes ; ils souhaitent vivre pleinement une libération longtemps espérée au cours de deux années d’occupation. Une analyse comparée de la presse locale et américaine, des rapports militaires et de police ainsi que de la correspondance préfectorale permet d’aborder les liens qui se tissent entre ces deux populations mais aussi les forts antagonismes qui émergent. Cette étude de cas enrichit notre compréhension des relations complexes entre civils et militaires tandis que s’amorce le processus de sortie de guerre.