Sortie de guerre froide : le fonds de Moscou aux Archives nationales (1940-2010)
2013
Sylvie Le Clech-Charton

Extrait de : "Sortir de la guerre (édition électronique)"
Sous la direction de Patricia Gillet
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Textes de Nolwenn Alary, Pierre-Marie Delpu, Élisabeth Dorier, Mathilde Joncheray, Sylvie Le Clech-Charton, Patrick Louvier, François Michel, Alexandre Niess, Roseline Salmon, Hélène Say
Éd. du CTHS
2013
p. 97-110
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Quel est le lien, dans les mémoires collectives culturelles et politiques nationales, entre un événement patrimonial issu d’une succession de conflits et ses répercussions actuelles pour la recherche historique ? Le fonds dit de Moscou, constitué par les fonds spoliés par les Allemands en 1940, saisis par les Soviétiques, conservés et utilisés durant toute la guerre froide, met à l’œuvre plusieurs manières de « faire la guerre, faire la paix ». Cet article se propose d’évoquer les « réceptions » du fonds à Fontainebleau dans les différentes acceptions du terme, dans un contexte politique évolutif (de l’ex-URSS à la fédération de Russie), en étudiant, du point de vue de sources différentes (textes, archives photographiques, culture matérielle), les diverses facettes du phénomène, dont l’impact réel est fort sur la production de la connaissance en sciences humaines et sociales, et souvent sous-estimé. Seront ainsi analysés les acteurs et leurs responsabilités ; la gestion de la première réception (1993-1994) et l’immédiate analyse critique par une petite équipe de conservateurs et d’historiens ; les usagers et la gestion de leurs demandes ; la dernière phase de la réception dans un contexte politique tendu (1999-2001) et les moyens de la réconciliation (politique de coopération culturelle et de formation). L’article mettra ainsi en lumière des aspects inédits de cette « fortune critique ».