De la paix et de la guerre dans les sociétés démocratiques
2013
Regina Pozzi

Extrait de : "Écrire la guerre, écrire la paix (édition électronique)"
Sous la direction de Simone Mazauric
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Isabelle Guyot-Bachy, Thierry Lassabatère, Alain Marchandisse, Bertrand Schnerb, Jonathan Dumont, Laure Hennequin-Lecomte, Madeleine Souche, Arnaud Dhermy, Philippe Hameau, Michèle Virol, Regina Pozzi, Marie-France Badie, Luc Vincenti

2013
p. 104-111
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Dans cinq chapitres très remarquables de la Démocratie en Amérique de 1840 (qui n’ont pas toutefois joui de beaucoup d’intérêt de la part des critiques), Tocqueville analyse les problèmes de la guerre et de la paix dans les sociétés contemporaines (ou démocratiques, selon sa définition).
Ma communication porte sur cette analyse en montrant qu’elle offre soit des catégories conceptuelles soit des repères historiques capitaux : la nature nouvelle de l’armée une fois qu’il y a libre accès aux rangs des officiers et la levée de masse ; la nature nouvelle des rapports entre l’armée et la société civile qui en découlent ; la nouveauté des guerres qui s’en suivront. Ce qui est surtout frappant c’est que Tocqueville, à l’encontre des prévisions de tant de ses contemporains (les saint-simoniens au premier rang) sur le caractère essentiellement pacifique des sociétés contemporaines, arrive jusqu’à préfigurer, dans des pages très sombres, les guerres totales du xxe siècle.