La leçon haussmannienne
2013
Florence Bourillon et Laurent Coudroy de Lille

Extrait de : "Penser la composition urbaine (XVIIIe-XXe siècle) (édition électronique)"
Sous la direction de Louis Hincker
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012
Textes de Florence Bourillon, Paul Claval, Laurent Coudroy de Lille, Jean El Gammal, Federico Ferretti, Jean-Pierre Husson, Daniel Pinson, Jean-Luc Porhel, Benoît Romeyer, Cécile Souchon
2013
p. 65-79
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

On connaît les reproches adressés à Haussmann forgés dès la période de l’Empire et constamment repris au cours du siècle suivant. On connaît moins bien les étapes de la reconnaissance du « terrible préfet », étapes que cet article va tenter de préciser. En situant la réflexion à des fins de politique d’aménagement et de réflexions sur le Grand Paris contemporain, André Morizet ouvre la voie à la révision, dans son ouvrage Du Vieux Paris au Paris moderne : Haussmann et ses prédécesseurs publié en 1932, et permet ainsi à ses successeurs de décaler leurs discours vers les éléments constitutifs de la composition urbaine. Le numéro spécial de la revue Urbanisme et Habitation, « La vie urbaine », organe de l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris publié pour le centenaire de l’arrivée d’Haussmann à la préfecture en 1953, dépasse ainsi le débat des pro et des anti pour passer au crible des critères de l’urbanisme l’œuvre haussmannienne.