Commémorer la guerre de 1870-1871 à Saint-Laurent-de-Chamousset, Rhône (11 mai 1890-27 mai 1906)
2013
Françoise Bayard

Extrait de : "Commémorer et dénoncer la guerre (édition électronique)"
Sous la direction de Pierre-Yves Le Pogam et Martine Plouvier
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Textes de ‘Ada Acovitsióti-Hameau, Françoise Bayard, Serge Bianchi, Isabelle Delorme, Marie-Noële Denis, Sylvaine Guinle-Lorinet, Charles Guisset-Chinarro, Benoît Jordan, Franck Kacy, Annie Lagarde-Fouquet, Coline Morice, Danièle Pingué, Renaud Pingué, Édith Pirio, Damien Richard, Virginie Riou, Nicolas Risso, Chloé Rosati-Marzetti, Isabelle Rouge-Ducos, Henri Veyradier
2013
p. 29-41
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Deux plaquettes retracent les deux commémorations de la guerre de 1870-1871, qui se sont déroulées à Saint-Laurent-de-Chamousset dans l’ouest lyonnais. Le 11 mai 1890, de jeunes hommes décident de « réunir dans une fête fraternelle les anciens combattants appelés il y a vingt ans sous le même drapeau ». Le 27 mai 1906, la 2034e section des Vétérans des armées de terre et de mer et l’Union patriotique du Rhône organisent une fête pour la remise du drapeau par la Fédération des vétérans du Rhône et l’inauguration de plaques commémoratives. À seize ans de distance, les principaux moments des deux journées se ressemblent – défilés, discours, banquets, toasts, chants patriotiques dans des lieux spécialement décorés. Mais, en 1906, on ne se rend pas à l’église ; on célèbre de jeunes paysans morts obscurément pour la France et non plus des prêtres ou des religieuses méritants ; l’Alsace et la Lorraine ne sont mentionnées qu’occasionnellement et sans esprit belliqueux et des concerts, un bal et un feu d’artifice clôturent la fête.