Les monuments aux morts de la guerre franco-prussienne en Haute-Saône : forme et usages (1871-1914)
2013
Danièle Pingué et Renaud Pingué

Extrait de : "Commémorer et dénoncer la guerre (édition électronique)"
Sous la direction de Pierre-Yves Le Pogam et Martine Plouvier
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Textes de ‘Ada Acovitsióti-Hameau, Françoise Bayard, Serge Bianchi, Isabelle Delorme, Marie-Noële Denis, Sylvaine Guinle-Lorinet, Charles Guisset-Chinarro, Benoît Jordan, Franck Kacy, Annie Lagarde-Fouquet, Coline Morice, Danièle Pingué, Renaud Pingué, Édith Pirio, Damien Richard, Virginie Riou, Nicolas Risso, Chloé Rosati-Marzetti, Isabelle Rouge-Ducos, Henri Veyradier
2013
p. 53-64
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Entre 1871 et 1914, plus de quarante monuments aux morts de la guerre franco-prussienne sont érigés en Haute-Saône. L’étude croisée des monuments eux-mêmes et des discours prononcés lors de leur inauguration fait apparaître deux périodes. L’immédiat après-guerre correspond au temps du recueillement où la majorité des monuments, construits sur les lieux des combats, ont pour fonction d’honorer les morts. Après une interruption de plus de quinze ans, on assiste à la Belle Époque à une deuxième vague de constructions, beaucoup plus nombreuses, qui servent principalement au culte patriotique.