Paysages de la production versus paysages de la consommation : Suchard (1826-1996)
2013
Daniel Bornoz et Régis Huguenin

Extrait de : "Comprendre les paysages urbains (édition électronique)"
Sous la direction de Pierre Pinon
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Bernadette Blanchon, Daniel Bornoz, Youri Carbonnier, Jean-Michel Carozza, Patrice Cervellin, Isabelle Commandré, Bertrand Desailly, Ambre Girou, Régis Huguenin, Pierre Jambard, Sibylle Le Vot, Franck Martin, Yann Nussaume, Pierre Pinon, Frédéric Pousin, Roméo Terral, Francesca Tesi Pozzi, Philippe Valette, Vivien Vassal, Michaël Wyss
2013
p. 161-181
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

En partant d’une acception commune du paysage comme partie d’un pays caractérisé par son aspect, s’offrant à la vue d’un observateur, et en abordant conjointement différents supports de l’image, cet article vise à mettre en perspective les usages et les discours divergents de la notion de paysage par une même entreprise. D’une part, les changements intervenant dans la fabrication des produits chocolatés et la découverte de nouveaux matériaux vont apposer une empreinte particulière au style architectural des constructions, quel que soit leur emplacement. Le paysage industriel de l’entreprise Suchard se vit comme un processus interactif. Il influence et conditionne l’entreprise, qui, à son tour, évolue et marque de son empreinte un paysage industriel qu’elle utilise en fonction de ses besoins et de l’image qu’elle tient à véhiculer. D’autre part, les paysages choisis pour la promotion du chocolat sont le reflet des innovations réalisées sur le produit associées à la promotion de valeurs sociales et culturelles, dans le but d’assouvir des objectifs économiques. Le paysage industriel typique de la production consiste en la vue du site de Serrières depuis le lac et les Alpes. La vision du même paysage industriel martelée auprès des consommateurs est celle d’un site idyllique proposant une vue de Serrières en perspective avec le lac et les Alpes.