Stimmung et identité de la ville
2013
Patricia LIMIDO-HEULOT

Extrait de : "Représenter la ville : entre cartographie et imaginaire (édition électronique)"
Sous la direction de Pierre-Yves Le POGAM et Martine PLOUVIER
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012

Marie-Pierre ZANNIE, Ambre VILAIN de BRUYNE, Claude PETITFRÈRE, Jean-Sébastien CLUZEL, Sylvie CLAIR, Mehdi BELARBI, Laurence DANGUY, Hélène HATZFELD, Sophie BRONES, Annick BATARD, Patricia LIMIDO-HEULOT
Paris, Éditions du CTHS
2013
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Si, comme le dit Michel Butor, toute ville est comme un texte à lire, nous voudrions montrer que sa lecture passe par la concrétisation de ses différents aspects sensibles et sémantiques – concrétisation qui engage plusieurs types de successivité : le temps de la marche qui arpente la ville, comme le temps du récit et celui de la mémoire qui en repassent les divers visages. Corrélativement, la ville qui se constitue comme une à travers ces formes synthétiques peut-être pensée comme un objet en devenir, une totalité qualitative ouverte au renouvellement de ses interprétations, sans cesser de nous parler d’une même voix.
En dégageant les éléments qui participent à la constitution de l’identité et de la Stimmung d’une ville, nous pensons alors aussi en extraire les différents dispositifs urbains à partir desquels une ville est habitable, c’est-à-dire est en mesure de nous parler et de nous inviter à une vie humaine. Sur ces bases, on pourra déterminer le statut ontologique de la ville, comprise comme texte et parole, en tant que « quasi-sujet ». L’analyse menée d’un point de vue phénoménologique fera écho à certains concepts empruntés à Roman Ingarden et Mikel Dufrenne.