Formes urbaines, mobilité et durabilité : une question d’échelle ?
2013
Anne Aguiléra et Marion Voisin

Extrait de : "Formes urbaines et développement durable (édition électronique)"
Sous la direction de Sylvie Servain-Courant, Christophe Demazière et Laura Verdelli
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012
Textes de Matthieu Adam, Anne Aguiléra, Laëtitia Arantes, Olivier Baverel, Olivier Blanpain, Séverine Bonnin-Oliveira, Morgane Colombert, Youssef Diab, Nicolas Dubus, Nicolas Granier, Christophe Leclerc, Jean-Marie Miossec, Fernanda Moscarelli, Anne-Solange Muis, Akila Nedjar-Guerre, Maryvonne Prévot, Daniel Quenard, Jérôme Rollin, Matthieu Stivala, Charlotte Tardieu, François Valegeas, Marion Voisin

2013
p. 63-81
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

L’article s’intéresse aux relations entre forme urbaine, déplacements domicile-travail et durabilité environnementale à plusieurs échelles spatiales. Notre cas d’étude est la ville nouvelle de Marne-la-Vallée. Le premier objectif est de montrer qu’une attention exclusive aux pratiques de mobilité interne des seuls habitants peut conduire à des erreurs significatives d’appréciation sur la durabilité environnementale d’un territoire. Le second objectif est de tester l’influence de plusieurs indicateurs de forme urbaine sur les pratiques de mobilité des résidents, mais également des non-résidents. Notre principal apport réside dans la distinction entre des indicateurs, comme la densité et la compacité, dont l’influence concerne seulement les déplacements locaux, et d’autres indicateurs (comme la présence du RER), dont l’influence est surtout d’échelle métropolitaine.