Assainir la ville diffuse : l’impossible contrôle de l’urbanisation par les réseaux
2013
Jérôme Rollin

Extrait de : "Formes urbaines et développement durable (édition électronique)"
Sous la direction de Sylvie Servain-Courant, Christophe Demazière et Laura Verdelli
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012
Textes de Matthieu Adam, Anne Aguiléra, Laëtitia Arantes, Olivier Baverel, Olivier Blanpain, Séverine Bonnin-Oliveira, Morgane Colombert, Youssef Diab, Nicolas Dubus, Nicolas Granier, Christophe Leclerc, Jean-Marie Miossec, Fernanda Moscarelli, Anne-Solange Muis, Akila Nedjar-Guerre, Maryvonne Prévot, Daniel Quenard, Jérôme Rollin, Matthieu Stivala, Charlotte Tardieu, François Valegeas, Marion Voisin

2013
p. 85-96
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

L’aménagement durable du territoire impose de composer avec la densification de l’habitat et de lutter contre les pollutions domestiques. Depuis la loi sur l’eau de 1992, les politiques d’assainissement permettent de réunir ces objectifs en créant des outils transversaux sur le plan de la gestion de l’occupation des sols et du contrôle des permis de construire. Mais ces politiques d’assainissement, qui peuvent être considérées comme un moyen d’obliger l’urbanisation à se concentrer autour d’un réseau principal, n’atteignent pas leurs objectifs. Une analyse des dynamiques métropolitaines montre que la diffusion de l’habitat se poursuit, en s’appuyant sur la présence d’installations individuelles d’assainissement non collectif légitimées par les nouvelles mesures de contrôle. Au niveau local, l’étude des jeux d’acteurs explique plus en détail ces processus, en appréhendant notamment les techniques de contournement des outils de production de la ville dense.