Quelles représentations du développement durable chez les élus des petites communes d’Île-de-France ?
2013
Anne-Solange Muis et Akila Nedjar-Guerre

Extrait de : "Formes urbaines et développement durable (édition électronique)"
Sous la direction de Sylvie Servain-Courant, Christophe Demazière et Laura Verdelli
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012
Textes de Matthieu Adam, Anne Aguiléra, Laëtitia Arantes, Olivier Baverel, Olivier Blanpain, Séverine Bonnin-Oliveira, Morgane Colombert, Youssef Diab, Nicolas Dubus, Nicolas Granier, Christophe Leclerc, Jean-Marie Miossec, Fernanda Moscarelli, Anne-Solange Muis, Akila Nedjar-Guerre, Maryvonne Prévot, Daniel Quenard, Jérôme Rollin, Matthieu Stivala, Charlotte Tardieu, François Valegeas, Marion Voisin

2013
p. 173-185
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le terme de développement durable est rapporté à la notion de conservation et place l’homme au cœur des espèces vivantes à préserver. Cette définition, reprise dans le rapport Brundtland, s’appuie sur des principes scientifiques écologiques auxquels s’ajoutent des valeurs étiques et morales. L’émergence de ce nouveau concept n’est pas sans difficulté à traduire à l’échelon local, et c’est en partie cette difficile interprétation territoriale qui explique la lente application de la notion sur les territoires français. Cependant, certains échelons locaux, comme les communes de moins de 10 000 habitants, semblent rester à l’écart dans l’organisation du développement durable et laissent entrevoir une appréciation spécifique du concept à cet échelon. Ainsi, quelle est la mise en œuvre du développement durable à l’échelon des petits communes d’Île-de-France ? Le découpage spécifique de ces territoires et la taille de ces communes peuvent-ils être un frein à la mise en œuvre du développement durable ?