La renaissance de la Cheonggyecheon à Séoul (Corée du Sud) : nature et pseudo-nature dans la ville
2013
Laurent Quisefit

Extrait de : "Nature et composition urbaine"
Sous la direction de Jean Soumagne
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012
Textes de Dominique Andrieu, Anne-Catherine Chardon, Christophe Cloquier, Alain Génin, Jean-Marc Hoeblich, Laurent Litzenburger, Hugo Massire, Benoît Pin, Laurent Quisefit, Sylvie Servain, Saïd Sghir, Roméo Terral, Jean-Louis Yengué
2013
p. 21-29
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Tour à tour rivière, égout et autoroute, la Cheonggyecheon a fait l’objet, entre 2003 et 2006, d’un ambitieux projet de rénovation. Le parcours de cet affluent du fleuve Han a été sécurisé, réhabilité et décoré, afin d’en faire un espace de culture et de promenade. Pourtant, des doutes demeurent sur ce projet réussi, en raison de la nature même du ruisseau, directement pompé dans le fleuve Han, puis réinjecté dans la Cheonggyecheon, qui s’avère incapable de couler par ses propres moyens. Le lit de la rivière, son encaissement et l’aménagement du parcours posent la question de la nature et de l’artifice en milieu urbain. Notre propos se fondera ici sur deux « terrains » en Corée, en 2009 et 2010, sur des textes coréens et occidentaux ainsi que sur des documents iconographiques.