Les panoplies guerrières des populations du sud de la France au début de l’âge du Fer (VIIIe -Ve siècles avant notre ère)
Aspects fonctionnels et symboliques - 2014
Alexandre Beylier

Extrait de : "Archéologie de la violence et de la guerre dans les sociétés pré et protohistoriques (édition électronique)"
Sous la direction d'Olivier Buchsenschutz, Olivier Dutour et Claude Mordant
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Textes de Gérard Bataille, Julio Bendezu-Sarmiento, Alexandre Beylier, Bruno Boulestin, Olivier Buchsenschutz, Alexandra Buzhilova, Marie-Hélène Días-Meirinho, Bernard Dedet, Émilie Dubreucq, Olivier Dutour, Henri-Paul Francfort, Eric Gailledrat, Rimantas Jankauskas, Jenny Kaurin, Sophie Krausz, Georges Marchand, Stéphane Marion, Sandra Péré-Noguès, Jean-François Piningre, Béatrice Vigié et Nicolas Rouzeau
2014
p. 53-65
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 3,00 €]
Résumé
La présence de nombreuses armes dans les tombes du midi de la France au premier âge du Fer constitue un terreau particulièrement propice pour l’étude du phénomène guerrier au sein des communautés protohistoriques. Elle l’est d’autant plus que les différents assemblages rencontrés dans les sépultures s’avèrent être le reflet assez fidèle des panoplies qui équipaient de leur vivant les trépassés. Si elles peuvent donner quelques indications générales sur les techniques de combat et leur évolution, ces différentes panoplies traduisent avant tout des disparités sociales effectives. La possession de certaines catégories d’armes apparaît ainsi réservée à des individus de haut rang, comme en témoignent les biens de luxe auxquels elles sont très souvent associées. Bien qu’il n’y ait nullement lieu de remettre en cause sa portée fonctionnelle, l’arme, en tant qu’objet archéologique, renseigne finalement davantage sur les fondements idéologiques du pouvoir que sur la nature des combats.

Abstract
The regular presence of often a large number of weapons in the Early Iron Age burials of Southern France provides excellent material for the study of what can be called "the warrior phenomenon" in pre-roman communities. The relatively standardised composition and the homogenous distribution of these funerary assemblages seem to reflect quite closely the equipment that was worn by the individual during life. As well as giving some indications to combat techniques and their evolution the differing equipments translate real social disparities. The ownership of certain categories of weapons was reserved to high ranking individuals as witnessed by their association with various luxury objects in the tombs. Weapons are not only a simple warrior item but have a real polysemic meaning. Even though they were without doubt functioning weapons with a real military role, their political or social meaning was certainly more important, as they provide more ample information on the ideological foundations of power than on the nature of battle itself.