Réflexions autour du mercenariat en Méditerranée occidentale : le cas des Gésates
2014
Sandra Péré-Noguès

Extrait de : "Archéologie de la violence et de la guerre dans les sociétés pré et protohistoriques (édition électronique)"
Sous la direction d'Olivier Buchsenschutz, Olivier Dutour et Claude Mordant
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Textes de Gérard Bataille, Julio Bendezu-Sarmiento, Alexandre Beylier, Bruno Boulestin, Olivier Buchsenschutz, Alexandra Buzhilova, Marie-Hélène Días-Meirinho, Bernard Dedet, Émilie Dubreucq, Olivier Dutour, Henri-Paul Francfort, Eric Gailledrat, Rimantas Jankauskas, Jenny Kaurin, Sophie Krausz, Georges Marchand, Stéphane Marion, Sandra Péré-Noguès, Jean-François Piningre, Béatrice Vigié et Nicolas Rouzeau
2014
p. 141-146
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 3,00 €]
Résumé 
Transmis par quelques textes anciens, le terme de Gésates (ou Gaisates) continue à susciter des interprétations diverses, sans qu'il soit possible d’en donner une définition précise. Décrits par l’historien grec Polybe comme des mercenaires venus « des Alpes et des bords du Rhône », ils furent engagés pour prêter main-forte aux Insubres et aux Boïens dans les guerres contre Rome. Depuis les travaux des historiens et philologues du XIXe  siècle, leur nom continue à faire l’objet d’une confusion entre spécialité guerrière – en l’occurrence celle de mercenaire – et origine ethnique. En outre, leur nom fut associé par les auteurs anciens à celui de gaesum dont il aurait tiré son origine. À partir d’études récentes, notre analyse essaiera de replacer l’histoire des Gésates dans la longue tradition du mercenariat en Méditerranée occidentale, une tradition ancienne pour certains peuples « barbares ».

Abstract
The term Gaesatae mentioned in ancient texts continues to be the object of differing interpretations without receiving a precise definition. Described by the Greek historian Polybius as mercenaries from the Alps and the banks of the Rhone, they were engaged by the Insubres and the Boii in their wars against Rome. Since the research carried out by 19th century historians and in the domain of philology, their name has remained the source of confusion within the context of war opposing the term of mercenary and their actual ethnic origin. Their name was also associated with the word gaseum by ancient writers, from which it originates. Using recent studies, our analysis will attempt to replace the history of the Gaesatae within the long tradition of West Mediterranean mercenaries, an ancient tradition for certain barbarian peoples.