Composition urbaine, projets et territoires
2014
Serge Thibault

Extrait de : "Formes et échelles des compositions urbaines (édition électronique)"
Sous la direction de Pierre Pinon
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012
Textes de Frédéric Alexandre, Philippe Boudon, Noëlle Choublier-Grimbert, Christiane Demeulenaere-Douyère, Alain Génin, Yannick Jambon, Caroline Lecourtois, Pierre Pinon, Marie Pottecher, Serge Thibault, Clémentine Thierry
2014
p. 31-39
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 3,00 €]
La composition urbaine est bien souvent définie comme étant un mode de conception engagé dans le projet urbain, entendu comme représentation dessinée de ce qui devra être réalisé. C’est une pratique et un ensemble de connaissances et de savoir-faire qui font partie des sciences du projet si cet ensemble désigne celles qui visent à aider, à concevoir et à organiser un projet. Mais la composition urbaine ne peut pas faire l’économie de ses relations aux sciences sociales de l’espace, tant la complexité des situations est grande. Fondée sur la notion d’unité qui en constitue un véritable paradigme, la composition urbaine n’est guère éloignée de la notion d’organisation, notion au centre des sciences contemporaines de la complexité. Elle peut alors désigner tout mode de faire qui vise à fabriquer de l’unité, c’est-à-dire à relier et non pas additionner, au sein d’un plus vaste ensemble.