Morphologies et trames viaires des faubourgs des villes modernes en France (XVIe-XVIIIe siècle) : les caractéristiques de l’étalement urbain sous l’Ancien Régime
2014
Yannick Jambon

Extrait de : "Formes et échelles des compositions urbaines (édition électronique)"
Sous la direction de Pierre Pinon
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012
Textes de Frédéric Alexandre, Philippe Boudon, Noëlle Choublier-Grimbert, Christiane Demeulenaere-Douyère, Alain Génin, Yannick Jambon, Caroline Lecourtois, Pierre Pinon, Marie Pottecher, Serge Thibault, Clémentine Thierry
2014
p. 41-48
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 3,00 €]
Particulièrement méconnus pour la période moderne, les faubourgs ont souvent été décrits par les historiens a posteriori, plus à partir d’idées préconçues qu’en se fondant directement sur les archives. Même certains historiens se sont complu à parler de longs faubourgs étirés aux portes des villes modernes comme d’une situation universelle. Pour autant, l’étude des plans et cartes d’Ancien Régime nous révèle une réalité sinon différente, du moins plus complexe. En effet, de multiples morphologies faubouriennes pouvaient exister, allant du faubourg-village au faubourg multipolaire, en passant par le faubourg planifié orthogonalement, le faubourg en « patte-d’oie » ou le faubourg en « T ». Cet article entend présenter ces différentes morphologies et les divers critères qui en étaient à l’origine (contraintes topographiques et/ou hydrographiques, profil socioéconomique...). De la même façon, il s’agira d’étudier la trame viaire spécifique à chacun de ces faubourgs.