Composer la ville aujourd’hui autour des bastions d’hier : formes héritées, fonctions nouvelles et jeux d’échelles
2014
Clémentine Thierry

Extrait de : "Formes et échelles des compositions urbaines (édition électronique)"
Sous la direction de Pierre Pinon
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012
Textes de Frédéric Alexandre, Philippe Boudon, Noëlle Choublier-Grimbert, Christiane Demeulenaere-Douyère, Alain Génin, Yannick Jambon, Caroline Lecourtois, Pierre Pinon, Marie Pottecher, Serge Thibault, Clémentine Thierry
2014
p. 61-74
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 3,00 €]
On assiste aujourd’hui à la fin d’une symbiose séculaire entre la ville et ses fonctions défensives. Dans ce contexte, la fortification bastionnée apparaît comme un objet privilégié pour initier une réflexion autour de la dissociation spatiale et fonctionnelle qui s’opère lorsque des ouvrages militaires basculent à la vie civile. Les formes massives de ce type d’architecture défensive et son ancrage au cœur des tissus urbains contemporains en font un objet spatial de grand intérêt pour la géographie. Étudier ces monuments singuliers oblige à mettre en œuvre une méthodologie adaptée en vue d’analyser les liens qui unissent les cités aux ouvrages autrefois dédiés à les protéger. Cet article, tout en tentant de mettre en place une typologie de la manière dont ces sites s’inscrivent dans leur environnement, se proposera d’analyser le rôle tenu par les fortifications dans les morphologies urbaines contemporaines.