Ceintures vertes autour des grandes métropoles européennes
2014
Frédéric Alexandre et Alain Génin

Extrait de : "Formes et échelles des compositions urbaines (édition électronique)"
Sous la direction de Pierre Pinon
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012
Textes de Frédéric Alexandre, Philippe Boudon, Noëlle Choublier-Grimbert, Christiane Demeulenaere-Douyère, Alain Génin, Yannick Jambon, Caroline Lecourtois, Pierre Pinon, Marie Pottecher, Serge Thibault, Clémentine Thierry
2014
p. 75-87
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 3,00 €]
La question des limites de la ville et de la limitation de l’espace consommé par le processus d’urbanisation retient l’attention des urbanistes depuis la fin du XIXe siècle. Face à l’étalement urbain, l’une des pistes explorées a été d’établir des ceintures d’espaces libres de toute urbanisation autour des villes. L’établissement de ces ceintures ou de ces coupures vertes est ici évoqué à travers le destin contrasté de cette forme particulière d’aménagement urbain d’échelle régionale dans quatre grandes métropoles européennes : Paris, Londres, Berlin et Barcelone. Aujourd’hui, le processus de métropolisation remet sous pression foncière et immobilière ces espaces restés libres. Alors que, au sein des agglomérations urbaines, le concept de trame verte est en vogue, les ceintures vertes, conçues à une tout autre échelle et avec une autre ambition, sont-elles toujours une priorité dans l’aménagement des aires urbaines ?