La lutte contre les empiètements sur la voie publique
(Italie centrale, seconde moitié du XIIIe siècle) - 2014
Pierre-Yves Le Pogam

Extrait de : "Les Acteurs de la composition urbaine (édition électronique)"
Sous la direction de Brigitte Bertoncello
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012

Pierre-Yves le Pogam, Lorena Alvares-Delgado, Anna Maria Sixto Barcia, Fernando Suarez Golan, Annie Lagarde-Fouquet, Roseline Salmon, Nicole Even, Anne Debal-Morche, Catherine Bernie-Boissard, Roméo Terral, Denis Martouzet et Katia Ox, Brigitte Bertoncello, Serge Bianchi, Marie-Noële Denis, Martial Cavatz, Julio Velasco

Paris, Éditions du CTHS
2014
p. 10-22
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Dans la seconde moitié du xiiie siècle, plusieurs villes d’Italie centrale se préoccupent de leur urbanisme, notamment en matière de régularité et de viabilité, et luttent donc contre les empiètements privés sur les voies publiques. Ce processus a souvent été analysé pour la Toscane (Florence, Sienne, etc.), en particulier dans une perspective « proto-Renaissance ». Mais on peut l’observer également en Ombrie et dans le Latium (Pérouse, Orvieto, Viterbe, Rome). L’élargissement du champ d’observation permet une approche un peu différente. En effet, même si les conditions politiques et les statuts juridiques de ces villes diffèrent de ceux de la Toscane et diffèrent entre eux, ils présentent un certain nombre de traits communs. En s’appuyant sur des sources écrites inédites ou peu connues (statuts mais aussi actes de la pratique), il est loisible de comparer la typologie des abus et les efforts déployés par les autorités urbaines pour y remédier. On verra que le caractère éventuellement mitigé des résultats est dû non seulement à la variabilité des abus et de leurs responsables ou encore à une volonté parfois fluctuante quant à leur poursuite, mais aussi au fait que nous sommes en présence d’une politique de négociation et non de coercition.