Du Mouvement moderne à la question urbaine, Nîmes 1960-2000
2014
Catherine Bernié-Boissard

Extrait de : "Les Acteurs de la composition urbaine (édition électronique)"
Sous la direction de Brigitte Bertoncello
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012

Pierre-Yves le Pogam, Lorena Alvares-Delgado, Anna Maria Sixto Barcia, Fernando Suarez Golan, Annie Lagarde-Fouquet, Roseline Salmon, Nicole Even, Anne Debal-Morche, Catherine Bernie-Boissard, Roméo Terral, Denis Martouzet et Katia Ox, Brigitte Bertoncello, Serge Bianchi, Marie-Noële Denis, Martial Cavatz, Julio Velasco

Paris, Éditions du CTHS
2014
p. 108-114
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, les archevêques de Saint-Jacques-de-Compostelle jouissaient, en plus de leur condition ecclésiastique, d’un grand pouvoir économique et juridictionnel. Leur double condition de pasteurs et de souverains d’une communauté urbaine profondément influencée par leur présence, affectait aussi la dimension matérielle de leur existence et, entre autres aspects, la configuration de leurs résidences. À partir de la documentation générée à la mort de chaque prélat, nous approcherons dans cet article un espace, celui des palais épiscopaux, lieu pluriel devait s’adapter aux diverses fonctions de leurs habitants, en lien avec leurs pouvoirs spirituel et temporel. Dans ce contexte, plusieurs changements prendront effet pendant le xviie siècle, tant au niveau du plateau urbain, avec notamment sa prolongation vers le milieu rural, que de la création d’un nouveau système de résidences.