Paris-Jardins, une cité coopérative entre utopie et réalité (1911-2011)
2014
Serge Bianchi

Extrait de : "Les Acteurs de la composition urbaine (édition électronique)"
Sous la direction de Brigitte Bertoncello
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012

Pierre-Yves le Pogam, Lorena Alvares-Delgado, Anna Maria Sixto Barcia, Fernando Suarez Golan, Annie Lagarde-Fouquet, Roseline Salmon, Nicole Even, Anne Debal-Morche, Catherine Bernie-Boissard, Roméo Terral, Denis Martouzet et Katia Ox, Brigitte Bertoncello, Serge Bianchi, Marie-Noële Denis, Martial Cavatz, Julio Velasco

Paris, Éditions du CTHS
2014
p. 154-171
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
En août 1911, 300 sociétaires (ouvriers, employés de commerce, artisans, architectes parisiens) regroupés en société coopérative, fondent à Draveil la première cité?jardin coopérative de France sur un domaine de 42 hectares ayant appartenu à des seigneurs et des notables entre le xvie et le xxe siècle. Cette création, saluée par la presse et jusqu'au Sénat, est au cœur d'une utopie fondée sur des idéaux de coopération, de mutualité et d'hygiène sociale confrontés aux réalités financières et législatives de la Belle Époque. Cent ans plus tard, il s’agit de prendre la mesure des mutations d'une cité si particulière, devenue Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain Paysager (ZPPAUP) en 1995. Comment 820 « Péjistes » tentent-ils aujourd'hui de concilier l’habitat, la nature, les traditions avec les contingences du monde moderne ? Alors, Paris?Jardins : isolat, « erreur historique de la classe ouvrière » ou « conservatoire de l'utopie » ? Il s'agit de répondre aux questions soulevées lors du centenaire de la première et dernière cité-jardin coopérative, en la replaçant dans l'histoire de l’habitat social, des lotissements et de l'aménagement urbain.