Temps, paysages et déplacements
2014
Sébastien Nageleisen

Extrait de : "Le Temps du paysage (édition électronique)"
Sous la direction de Didier Bouillon
129e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004
Textes de Jean-Pierre Deffontaines, Madeleine Griselin, Claire Marchand, Sébastien Nageleisen, Serge Ormaux, Bernard Rollet, Antonella Tufano-Vionnet, Philippe Valette, Jean-Claude Wieber
2014
p. 45-55
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 3,00 €]
Étudier les paysages permet de constater à quel point spatialités et temporalités sont intimement liées : chaque paysage parle d’histoire, avec ses temps longs et ses temps cycliques, ses logiques propres et les strates qu’elle accumule. Dans cet article, nous nous attacherons à étudier un phénomène particulier et peu pris en compte dans les temporalités paysagères : les rythmes induits par les déplacements. Nous tenterons de démontrer l’importance de la mobilité dans l’élaboration des processus paysagers : il semble que parcourir un espace puisse en changer la vision, les aspects apparents de certains de ses composants. Cela se produirait différemment en fonction du type de déplacement (vitesse, moyen de locomotion, trajet). D’autre part, la manière de pratiquer l’espace est un élément identitaire important : par le déplacement, l’individu se bâtit un environnement personnel. Cette réflexion s’appuie sur l’analyse de plusieurs exemples traités de manière linéaire et prenant en compte la temporalité : une étude sur la vallée de l’Ognon, des comparaisons entre plusieurs chemins de randonnée franc-comtois.