Les enjeux du paysage culturel grassois : entre tourisme et identité
2014
Chloé Rosati-Marzetti

Extrait de : "Paysages, patrimoine et identité (édition électronique)"
Sous la direction de Didier Bouillon
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Louis Bergès, Eva Bigando, Bernadette Blanchon, Mathieu Bonnefond, Laure-Agnès Bourdial, Serge Briffaud, Aline Brochot, Eliseu Carbonell, Juliette Carré, Laine Chanteloup, Joël Chatain, Bernard Davasse, Marie-Noële Denis, Gemma Domènech Casadevall, Vanessa Fernandez, Federico Ferretti, Christophe Gauchon, Alain Génin, Alexis Gonin, Monique Gros, Brice Gruet, Mohamed Hamdi, Jean-Pierre Husson, Véronique Laporte, Sandrine Lavaud, Nicolas Lefort, Guy Lempérière, Colette Merlin, Brigitte Naviner, Justine Pasquier, Pierre-Yves Péchoux, Yves Petit-Berghem, Cyril Polycarpe, Chloé Rosati-Marzetti, Sylvie Servain-Courant, Luís Silva, Thierry Simon, Nina Soulimant, Meritxell Sucarrat Viola, Clémentine Thierry, Bart Tritsmans, Céline Tritz, Jean-René Trochet, Antoine Veyriras
2014
p. 189-199
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 3,00 €]
La manipulation du paysage culturel urbain favorise la construction identitaire et le développement économique d’une ville. Station climatique et porte de la Provence orientale, Grasse (Alpes-Maritimes) met en avant son savoir-faire local : la parfumerie. Monuments et lieux sont astucieusement choisis et mis en scène pour servir l’identité collective. Des efforts de présentation sont mis en œuvre pour créer un sentiment d’appartenance et générer la construction d’un patrimoine idéologiquement orienté. Le paysage est culturalisé afin de favoriser le tourisme, et des objets-souvenirs sont inventés afin d’appuyer cette image. L’élaboration de monuments délivrant un message acceptable pour le plus grand nombre d’individus justifie l’identité sous-tendue par ce point de vue patrimonial. Le paysage ainsi instrumentalisé devient outil communicationnel, mercantile, identitaire et politique.