Les montagnes de Kroumirie (Tunisie) : entre patrimoine naturel et patrimoine paysager
2014
Mohamed Hamdi, Guy Lempérière et Yves Petit-Berghem

Extrait de : "Paysages, patrimoine et identité (édition électronique)"
Sous la direction de Didier Bouillon
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Louis Bergès, Eva Bigando, Bernadette Blanchon, Mathieu Bonnefond, Laure-Agnès Bourdial, Serge Briffaud, Aline Brochot, Eliseu Carbonell, Juliette Carré, Laine Chanteloup, Joël Chatain, Bernard Davasse, Marie-Noële Denis, Gemma Domènech Casadevall, Vanessa Fernandez, Federico Ferretti, Christophe Gauchon, Alain Génin, Alexis Gonin, Monique Gros, Brice Gruet, Mohamed Hamdi, Jean-Pierre Husson, Véronique Laporte, Sandrine Lavaud, Nicolas Lefort, Guy Lempérière, Colette Merlin, Brigitte Naviner, Justine Pasquier, Pierre-Yves Péchoux, Yves Petit-Berghem, Cyril Polycarpe, Chloé Rosati-Marzetti, Sylvie Servain-Courant, Luís Silva, Thierry Simon, Nina Soulimant, Meritxell Sucarrat Viola, Clémentine Thierry, Bart Tritsmans, Céline Tritz, Jean-René Trochet, Antoine Veyriras
2014
p. 231-247
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 3,00 €]
Dans les montagnes de Kroumirie, le paysage ne peut se limiter à la partie vivante de la nature, il englobe également les constituants non biologiques, comme les formations géologiques et minéralogiques. Le volet tangible de ce patrimoine paysager reflète une profondeur historique remontant à la nuit des temps conjuguée à un contraste géographique ayant modelé au cours des temps immémoriaux des formes divergentes d’adaptation des populations humaines. Ce paysage constitue un patrimoine local qui concentre des fonctions variées (sociales, économiques, récréatives, touristiques...) et des valeurs multiples (historiques, culturelles, identitaires, biologiques, patrimoniales...), qui témoignent de la conjugaison depuis le millénaire des activités humaines et des contraintes naturelles dans un anthroposystème complexe. Ces paysages sont particulièrement menacés de nos jours. Cela tient à des enjeux grandissants liés à la dualité protection-développement et à des mutations socio-spatiales à la suite des techniques de gestion inappropriées qui se sont substituées à des savoir-faire millénaires. La démarche paysagère globale doublée par l’emboîtement des échelles spatio-temporelles adoptée dans ce projet entend mener une étude pluridisciplinaire sur les mutations socio-spatiales et l’évolution des paysages forestiers en Kroumirie dans le temps et dans l’espace.