Le bocage aujourd’hui : vers une muséification du paysage ? Analyse des cas du Véron (Indre-et-Loire) et du Boischaut sud (Indre) en France
2014
Mathieu Bonnefond et Sylvie Servain-Courant

Extrait de : "Paysages, patrimoine et identité (édition électronique)"
Sous la direction de Didier Bouillon
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Louis Bergès, Eva Bigando, Bernadette Blanchon, Mathieu Bonnefond, Laure-Agnès Bourdial, Serge Briffaud, Aline Brochot, Eliseu Carbonell, Juliette Carré, Laine Chanteloup, Joël Chatain, Bernard Davasse, Marie-Noële Denis, Gemma Domènech Casadevall, Vanessa Fernandez, Federico Ferretti, Christophe Gauchon, Alain Génin, Alexis Gonin, Monique Gros, Brice Gruet, Mohamed Hamdi, Jean-Pierre Husson, Véronique Laporte, Sandrine Lavaud, Nicolas Lefort, Guy Lempérière, Colette Merlin, Brigitte Naviner, Justine Pasquier, Pierre-Yves Péchoux, Yves Petit-Berghem, Cyril Polycarpe, Chloé Rosati-Marzetti, Sylvie Servain-Courant, Luís Silva, Thierry Simon, Nina Soulimant, Meritxell Sucarrat Viola, Clémentine Thierry, Bart Tritsmans, Céline Tritz, Jean-René Trochet, Antoine Veyriras
2014
p. 295-309
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 3,00 €]
Les paysages de bocage ont fortement régressé en France depuis les années soixante, sous l’effet de l’intensification de l’agriculture et des aménagements fonciers. Cependant, il subsiste quelques territoires où ces formes paysagères sont encore présentes. C’est le cas du Véron et du Boischaut sud (région Centre) qui ont pour particularité d’être inclus dans des parcs naturels régionaux, ce qui n’implique pas une prescription juridique forte. Ces systèmes bocagers, grâce à l’interaction entre les activités d’élevage et les dynamiques naturelles, se maintiennent. Le croisement entre l’analyse de l’évolution du paysage, des droits de propriété et d’usage ainsi que de la mise en œuvre des politiques agro-environnementales fait apparaître deux variables explicatives, le morcellement du foncier et le soutien public de l’élevage extensif, mais montre également que l’on assiste à une muséification du paysage bocager avec une mutation de l’élevage vers la prestation de services paysagers.