La réhabilitation d’un héritage paysager : les landes à bruyères dans la vallée de la Creuse
2014
Alain Génin et Alexis Gonin

Extrait de : "Paysages, patrimoine et identité (édition électronique)"
Sous la direction de Didier Bouillon
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Louis Bergès, Eva Bigando, Bernadette Blanchon, Mathieu Bonnefond, Laure-Agnès Bourdial, Serge Briffaud, Aline Brochot, Eliseu Carbonell, Juliette Carré, Laine Chanteloup, Joël Chatain, Bernard Davasse, Marie-Noële Denis, Gemma Domènech Casadevall, Vanessa Fernandez, Federico Ferretti, Christophe Gauchon, Alain Génin, Alexis Gonin, Monique Gros, Brice Gruet, Mohamed Hamdi, Jean-Pierre Husson, Véronique Laporte, Sandrine Lavaud, Nicolas Lefort, Guy Lempérière, Colette Merlin, Brigitte Naviner, Justine Pasquier, Pierre-Yves Péchoux, Yves Petit-Berghem, Cyril Polycarpe, Chloé Rosati-Marzetti, Sylvie Servain-Courant, Luís Silva, Thierry Simon, Nina Soulimant, Meritxell Sucarrat Viola, Clémentine Thierry, Bart Tritsmans, Céline Tritz, Jean-René Trochet, Antoine Veyriras
2014
p. 311-322
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 3,00 €]
Les paysages de landes aux alentours de Crozant-les-Ruines (Creuse) ont été mis en valeur par une école de peinture locale, l’école de Crozant, qui a laissé son empreinte et fixé le paysage d’une époque. De nos jours, ce paysage a presque disparu, mais des associations et des collectivités locales tentent de réhabiliter des morceaux des anciennes landes à bruyères au nom du caractère identitaire de ces paysages. Si les motivations de ces réhabilitations sont bien entendu patrimoniales, au bout du compte, la principale est touristique. Le paysage sur lequel s’appuient les autorités communales et régionales est celui transmis par la peinture. Grâce à celle-ci, on met en avant le particularisme régional, on lui fournit une valeur et on essaie de « vendre » du patrimoine avec, par exemple, le développement de la notion de haut lieu régional : village de Fresselines, site de la vallée des Deux-Creuse et site Claude-Monet.