Albertville : emprises sportives et aménagement territorial
2014
Cyril Polycarpe

Extrait de : "Paysages, patrimoine et identité (édition électronique)"
Sous la direction de Didier Bouillon
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010
Textes de Louis Bergès, Eva Bigando, Bernadette Blanchon, Mathieu Bonnefond, Laure-Agnès Bourdial, Serge Briffaud, Aline Brochot, Eliseu Carbonell, Juliette Carré, Laine Chanteloup, Joël Chatain, Bernard Davasse, Marie-Noële Denis, Gemma Domènech Casadevall, Vanessa Fernandez, Federico Ferretti, Christophe Gauchon, Alain Génin, Alexis Gonin, Monique Gros, Brice Gruet, Mohamed Hamdi, Jean-Pierre Husson, Véronique Laporte, Sandrine Lavaud, Nicolas Lefort, Guy Lempérière, Colette Merlin, Brigitte Naviner, Justine Pasquier, Pierre-Yves Péchoux, Yves Petit-Berghem, Cyril Polycarpe, Chloé Rosati-Marzetti, Sylvie Servain-Courant, Luís Silva, Thierry Simon, Nina Soulimant, Meritxell Sucarrat Viola, Clémentine Thierry, Bart Tritsmans, Céline Tritz, Jean-René Trochet, Antoine Veyriras
2014
p. 483-493
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 3,00 €]
Le territoire d’Albertville a fourni en 1992 un bel exemple de la volonté d’utiliser l’organisation des Jeux olympiques pour affirmer un paysage symbole. Il a servi de point de départ à un projet touristique et de marketing pour la promotion d’un territoire. Cette manifestation internationale fut une occasion efficace d’accélérer les mutations et les recompositions urbaines pour l’aménagement et l’affirmation attractive d’un paysage engagé dans une course à la distinction. La programmation des équipements ne se limite plus seulement à fournir un lieu de pratique sportive destiné à quelques spécialistes ; aujourd’hui, l’éducation, la sociabilité, l’économie sont prises en compte. Cette intégration optimale des espaces de pratiques devient une nécessité, où le patrimoine que constituent les équipements devient considérable, mais ne reste pas un héritage figé. Ainsi, il faut souligner les réintégrations, les juxtapositions et la préservation de la continuité territoriale et historique à travers un discours promotionnel, servant à la fabrication d’un paysage olympique.