Transformations industrielles et postindustrielles des bords du Tage à Lisbonne
2015
Alexandra BAIXINHO

Extrait de : "Ordonner les lieux et les hommes (édition électronique)"
135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 2010

Annick BATARD, Ornella MELENDEZ, Sylvie NAIL, Jean-Noël CONSALES, Magali DESCHAMPS-COTTIN, Carole BARTHÉLÉMY, Valérie BERTAUDIÈRE-MONTÈS, Marie-Hélène LIZÉE, Marie GOIFFON, Émeline HATT et Vincent VLÈS, Alexandra BAIXINHO, Khadidja MANSOURI, Angelo BERTONI
Paris, Éditions du CTHS
2015
p. 79-87
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Cette communication présente les résultats d’une étude de cas menée à Lisbonne, dans une perspective anthropologique. À la fin du xviiie siècle, le port n’était qu’une vaste plage ponctuée de petits quais. Au début du xxe siècle, le chemin de fer, les infrastructures et industries portuaires ont opéré une rupture entre la ville et la rivière. Aujourd’hui, le port n’occupe plus autant d’espace sur le front d’eau lisboète, et le cède progressivement à la municipalité et aux citoyens.
La croissance des croisières maritimes – une mega-industrie mondiale – illustre la « réappropriation » touristique des anciens espaces industriels portuaires, et modifie les paysages urbains et portuaires, en créant des dynamiques, des conflits, des représentations, et des usages nouveaux.