Des structures héritées aux découpages fonctionnels : l’espace urbain augsbourgeois vu par la municipalité à la fin du Moyen Âge
2015
Dominique Adrian

Extrait de : "Compositions urbaines au Moyen Âge (édition électronique)"
Sous la direction de Patrick Corbet
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012
Textes de Dominique Adrian, Julien Avinain, Claude Bouhier, Henri Bresc, Judith Förstel, Hubert François, Dominique Laurent, Yvonne-Hélène Le Maresquier-Kesteloot, Bruno Sintic
2015
p. 21-29
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
L’espace urbain augsbourgeois à la fin du Moyen Âge est le produit d’une histoire qui a vu se développer une ville unique à partir de deux pôles de croissance, la civitas héritée de la ville romaine et le monastère Sainte-Afra, complétés d’abord par un faubourg marchand sur la route qui les relie, puis par différents faubourgs. Défini par une muraille construite à la fin du XIVe siècle, enserrant des zones non bâties et condamnant à la destruction un vaste faubourg, cet espace construit autant qu’hérité est le cadre de l’action de la municipalité à défaut de territoire plus vaste. Celle-ci met en place plusieurs découpages en plus de ceux existant par ailleurs (paroisses, quartiers), qui sont autant de regards sur lui, mais ne rendent compte que partiellement d’une action publique qui privilégie souvent les quartiers des élites : le Conseil fonctionne en partie comme instance d’arbitrage au sein des groupes sociaux dont sont issus ses membres ; le réseau d’approvisionnement en eau mis en place au début du XVe siècle, tout en répondant à des besoins réels, dessine une géographie similaire.