Contribution à l’étude du renouveau urbain à la fin du XVe siècle : l’exemple de Paris, après les trêves de Tours
2015
Yvonne-Hélène Le Maresquier-Kesteloot

Extrait de : "Compositions urbaines au Moyen Âge (édition électronique)"
Sous la direction de Patrick Corbet
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012
Textes de Dominique Adrian, Julien Avinain, Claude Bouhier, Henri Bresc, Judith Förstel, Hubert François, Dominique Laurent, Yvonne-Hélène Le Maresquier-Kesteloot, Bruno Sintic
2015
p. 49-62
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
La seconde moitié du XVe siècle, après les trêves de Tours (1444) qui ont mis fin à la guerre de Cent Ans, est une période privilégiée pour étudier les transformations du paysage urbain, mis à mal par les luttes entre factions rivales qui ont entraîné dépopulation, abandon et ruine des maisons à Paris. Quand Charles VII y revient en 1437, il est frappé par l’état de délabrement de sa ville capitale ; il édicte alors une série d’ordonnances pour la restaurer. Les maisons abandonnées trouvent de nouveaux propriétaires qui les réparent en regroupant des parcelles, redistribuant les corps de logis et créant des jardins. La documentation foncière (censiers et ensaisinements) permet de reconstituer les évolutions du tissu urbain. Nous cernerons ces mutations dans un îlot témoin de la censive du chapitre de Saint-Merry, sans négliger l’évolution d’autres quartiers (exemples tirés des censiers de l’abbaye de Sainte-Geneviève et de la commanderie du Temple).