Villes, reconstruction et pouvoir royal dans la région de Rouen (Seine-Maritime) après 1450
2015
Bruno Sintic

Extrait de : "Compositions urbaines au Moyen Âge (édition électronique)"
Sous la direction de Patrick Corbet
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012
Textes de Dominique Adrian, Julien Avinain, Claude Bouhier, Henri Bresc, Judith Förstel, Hubert François, Dominique Laurent, Yvonne-Hélène Le Maresquier-Kesteloot, Bruno Sintic
2015
p. 63-69
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Le réseau urbain normand s’est principalement constitué et étoffé aux XIe et XIIe siècles. Les villes ont grandi dans les siècles suivants et ont acquis progressivement les éléments ordinaires de l’équipement urbain : rues, maisons, château, halles, ponts, abbaye, églises, et même quelques portions d’enceintes. Aux XIVe et XVe siècles, le cadre urbain normand est fortement détérioré au cours des diverses péripéties militaires de la guerre de Cent Ans. L’occupation anglaise (1417-1450) en particulier est un temps de difficultés majeures pour la Normandie. Au lendemain de la reprise de la province par les troupes de Charles VII s’impose la nécessaire remise en état de villes qui sont les bases de la défense et de l’activité économique de la région. La royauté lance un grand mouvement de reconstruction, s’étendant jusqu’au début du XVIe siècle, en accordant des avantages financiers aux villes, grandes ou petites, qui sont les pôles principaux de la Normandie rouennaise. Ainsi, soutenue par une lente reprise économique, s’opère la naissance d’un premier urbanisme, dont quelques réalisations (maisons, murailles, beffrois...) ont subsisté jusqu’à nos jours.