Les réseaux urbains de la baie de Bourgneuf au Moyen Âge
2015
Claude Bouhier

Extrait de : "Compositions urbaines au Moyen Âge (édition électronique)"
Sous la direction de Patrick Corbet
137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012
Textes de Dominique Adrian, Julien Avinain, Claude Bouhier, Henri Bresc, Judith Förstel, Hubert François, Dominique Laurent, Yvonne-Hélène Le Maresquier-Kesteloot, Bruno Sintic
2015
p. 71-77
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Au XIe siècle, deux « capitales féodales » dominent la baie et le pays de Retz : La Garnache et Machecoul. Machecoul abrite un grand nombre de petits prieurés dépendant d’abbayes fort lointaines attirées par le besoin de s’approvisionner en sel, tradition attestée dès le haut Moyen Âge. La Garnache, châtellenie s’étendant sur vingt futures paroisses, a un rôle de défense contre les invasions. Leurs seigneurs ont érigé des mottes à Beauvoir, Bois-de-Cené, Châteauneuf et La Garnache. À Noirmoutier, une fortification existe au XIe siècle sans qu’on en connaisse l’aspect. Leur politique est aussi économique. À Noirmoutier, on les voit, eux et leurs épouses, leurs frères cadets et des familles alliées, opérer des sèchements, construire des moulins au XIIe siècle. Au siècle suivant, la demande de sel vient d’Angleterre, en attendant qu’elle vienne de la Hanse. De vraies villes nouvelles apparaissent : Beauvoir, avec un gros château, Bouin, usine à sel fortifiée, Noirmoutier, protégé par une enceinte attestée dès 1231. Bourgneuf a déjà un port et hérite de celui de Prigny. Il a un couvent de Cordeliers au début du XVIe siècle sans même avoir d’église paroissiale. Les habitants des trois premières villes s’affirment habitants de villes et non villageois. Des villes en réseau, car leurs clients savent dans laquelle ils trouveront un « facteur » ou un gîte assuré, un port et sa rade abritée.