Construire la ville entre guerre et paix : des enceintes fortifiées aux stratégies territoriales contemporaines
2015
Clémentine Thierry

Extrait de : "Fortifications et frontières entre guerre et paix (édition électronique)"
Sous la direction de François Bart
136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011
Textes de Michel Bourrier, Colette Bourrier-Reynaud, Jean-Claude Roux, Clémentine Thierry
2015
p. 5-19
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Les épisodes de conflits sont souvent assimilés à la destruction, à des scènes de désolation ou encore à des images de villes en ruine. Or il est possible, aussi, d’envisager la guerre comme un processus producteur de territoires, d’espaces et d’ouvrages qui lui sont dédiés. Les fortifications, enceintes de villes et citadelles, qu’abritent encore de nombreuses villes françaises en témoignent. Massives, marquant la morphologie ainsi que les paysages des anciennes places fortes, ces mégastructures sont à la fois les traces et les témoins privilégiés d’une façon aujourd’hui désuète de faire la guerre. Le passage de ces bâtiments à la vie civile au cours du XXe siècle apparaît comme un tournant majeur dans leur histoire, mais aussi comme un défi lancé aux urbanistes, architectes et aménageurs : comment intégrer ces legs imposants aux tissus urbains contemporains ? Quel sens leur donner aujourd’hui ?