Gens du nord, gens du sud. L’identité en poupées russes à l’épreuve de l’Occitan du sud
2005
Christophe Ruhles

Extrait de : "Les suds. Construction et déconstruction d'un espace national (édition électronique)"
sous la direction de Claudine Vassas, préface de Jean-Pierre Albert ; 126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001

Odile Gannier, Pierre F. Burollet, Bernard Bousquet et Pierre-Yves Péchoux, Paul Gonnet, Alain Coutelle, Patrick Cabanel et Maryline Vallez, Michèle Toucas-Bouteau, Hervé Terral, Anne Zink, Christophe Ruhles, Bruno Berthier, Frédéric Duhart, Isabelle Téchoueyres, Anne Burollet, Faustine Régnier-Bohler
Paris, Éditions du CTHS
2005
p. 139-147
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Au-delà de la géographie officielle, il existe une cartographie subjective et interactionnelle du sud. Quelles sont les modalités qui poussent un occitaniste toulousain à déclarer : « Je suis du sud » ? Suite à la pratique d’un terrain ethnographique sur ces hommes soucieux de bâtir une identité rafraîchie aux sources de la modernité, on peu constater la vitalité de leurs réalisations culturelles et événementielles : festivals, repas de quartier, journées de la langue, universités d’été. Elle illustre une volonté de pan-ethnicité et de regroupement avec d’autres mouvements identitaires et participe à la définition d’une posture : quand le sud, dans la subjectivité de l’acteur, rime avec la périphérie du monde occidental capitaliste, ses habitants arpentent les confins de la culture hétérodoxe. Cette position emploie le chemin par étapes de la production d’un « nous », où l’identité, de la sphère de proximité à la sphère institutionnelle et internationale, s’imbrique en poupées russes, jouant, selon l’interlocuteur et la nature de l’interaction, avec les traits saillants de l’appartenance. L’homme du sud ne pense pas ses attributs sans penser ceux de l’homme du nord, dans un exercice subtil de catégorisation et de différenciation.