Représentations du sud : les cuisines du sud vues de France et d’Allemagne
2005
Faustine Régnier-Bohler

Extrait de : "Les suds. Construction et déconstruction d'un espace national (édition électronique)"
sous la direction de Claudine Vassas, préface de Jean-Pierre Albert ; 126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001

Odile Gannier, Pierre F. Burollet, Bernard Bousquet et Pierre-Yves Péchoux, Paul Gonnet, Alain Coutelle, Patrick Cabanel et Maryline Vallez, Michèle Toucas-Bouteau, Hervé Terral, Anne Zink, Christophe Ruhles, Bruno Berthier, Frédéric Duhart, Isabelle Téchoueyres, Anne Burollet, Faustine Régnier-Bohler
Paris, Éditions du CTHS
2005
p. 233-243
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

À partir de l'analyse de la rubrique cuisine de quatre revues féminines des années 1920 à 1998 (Marie-Claire et Modes et travaux en France, Brigitte et Burda en Allemagne), cette contribution se propose de montrer comment deux nations, la France et l’Allemagne, élaborent une figure du sud – conçu ici comme l’ensemble des pays d’Europe du sud – à travers l’intégration et la recomposition des pratiques culinaires de ce dernier.
L’analyse du corpus de recherche fait apparaître un intérêt très soutenu, en France comme en Allemagne, pour les cuisines du sud, qui se manifeste cependant bien plus tôt en Allemagne qu’en France. Différents paramètres permettent d’expliquer l’importance des cuisines du sud dans les deux pays, en particulier le tourisme, et aussi l’histoire de la gastronomie et des liens politiques entre les pays.
Les spécificités et les particularités des cuisines du sud, par rapport aux autres cuisines étrangères mais aussi entre elles, sont très marquées en France et en Allemagne. Prises dans leur ensemble, les cuisines du sud sont affectées d’une forte saisonnalité et elles sont conçues comme particulièrement bonnes pour la santé. Si on considère ces cuisines dans leur singularité, l’analyse fait émerger des discours qui caractérisent différemment, en France et en Allemagne, chaque pays du sud.
On observe ainsi une élaboration tout à fait singulière du sud à travers les représentations que l’on se fait de ses pratiques culinaires. Le sud, plus que tout autre ensemble géographique, exerce, en France comme en Allemagne, une intense séduction, en vertu de deux traits qu’on suppose à sa cuisine : la familiarité et la différence.