Reconstruction et travaux du bâtiment dans quelques petites villes normandes, 1450-1520
2008
Bruno Sintic

Extrait de : "Le travail au Moyen Âge (édition électronique)"
sous la direction de Henri Bresc ; 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002

Yassir Benhima, Jesus Cortes Mateo, Manuel Perez Belanche, Alain Mélo, Arnaldo Sousa Melo, Jean-Louis Roch, Guillaume Romaneix, Bruno Sintic
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 100-111
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La construction urbaine consécutive à la fin de la guerre de Cent Ans nous est connue au travers des registres de comptes qui ont pu être conservés pour quelques villes secondaires de Normandie. L'essentiel des efforts de reconstruction a porté sur l'achèvement et l'amélioration des murailles et sur la remise en état des infrastructures économiques et commerciales détériorées (rues, ponts, halles, quais). Pourtant, la reprise économique et démographique semble avoir été assez lente : vers 1500 seulement, on note un sensible relèvement des maisons détruites en ville au cours de la guerre.
Les professionnels du bâtiment, maçons, charpentiers, pionniers, résidant en ville de façon durable, mais également les notables locaux, officiers royaux et municipaux, sont les acteurs de cette reconstruction urbaine.