Le corps mineur
2008
Noël Barbe

Extrait de : "Le travail comme catégorie culturelle (édition électronique)"
sous la direction de Jean-René Trochet ; 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002

Philippe Martin, Philippe Masson, Christine Naslin-Gaudin, Hervé Le Bret, Noël Barbe, Odile Join-Lambert, Marie-Armelle Barbier-Le Déroff, Cécile Blondeau, Valeria Siniscalchi, Paul van der Grijp, Michel Pigenet, Sébastien Paul, Bruno Étienne
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 51-64
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le corps du mineur est devenu, dans et par les écritures de la mine, un « grand classique » de l'évocation du monde souterrain. S'appuyant sur sa mise en danger, les propagandistes contribuent à l'héroïsation du travail d'extraction de la houille. Pour le sociologue, il est le signe de la dureté des conditions de travail ; tandis que pour les anciens mineurs ou les littérateurs, support sensible des impressions, il contribue à faire de la mine le chronotope du lieu souterrain. Pour l'ethnologue, il est souvent approché comme un outil : ce sont les célèbres « techniques du corps » de Marcel Mauss qui sont alors mises en avant. Nous proposons, ici, d'approcher le « corps mineur », non plus comme un sujet décryptant des signes en vue d'une action productive mais comme un signe pour d'autres corps, comme objet plutôt que moyen de travail, utilisé comme outil de l'imposition d'un sens à une situation. Le terrain choisi sera le bassin houiller de Ronchamp en Haute-Saône. Les situations de crise que sont les catastrophes minières qui courent du début du XIXe siècle à la seconde moitié du XXe siècle seront notre point d'ancrage. Les archives de la souffrance, pour paraphraser Michel Foucault, que produit leur traitement constitueront nos sources. Le règlement de la crise ouverte par la catastrophe demande de faire parler les corps à travers la qualification de leur état et de leur situation. Par un traitement indiciaire, la catastrophe est re-jouée, la scène première configurée. Nous nous intéresserons plus particulièrement au travail, qui en « faisant parler les morts » qualifie simultanément les corps et les causes.