Le récit de voyage d'Abdallah Tijani (1306-1309) est-il un ouvrage politique ?
2008
Sébastien GARNIER

Extrait de : "Les voyageurs au Moyen Âge (édition électronique)"
sous la direction de Henri Bresc et Denis Menjot ; 130e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Nicolas DROCOURT, Eva PIBIRI, Olivier TROUBAT, Sébastien NADOT, Sébastien GARNIER, Dominique LAURENT, Bruno SINTIC, Gilles BERTRAND, Yann DEJUGNAT, Michèle TOUCAS-BOUTEAU, Christiane DELUZ, Christine BOUSQUET-LABOUERIE

2008
p. 61-70
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La rih'la d'Abdallah Tijani relate l'expédition emmenée par le prince almohade, Zakarya Ibn Lihyani de 1306 à 1309. L'auteur y décrit l'espace du sultanat hafside oriental, lequel s'étend de Tunis à Tripoli. La troupe ayant été tenue en échec à Djerba, Ibn Lihyani collecte l'impôt auprès de tribus vassales dans le Sud puis part en pèlerinage.
Ce texte véhicule l'idéologie de la ville, celle-ci cherchant à s'affranchir de la tutelle des tribus qui font et défont les sultans. Ainsi, tandis que le préambule (dibâja) s'attache à sacraliser le prince pour en faire un leader charismatique, la disjonction entre programmes officiel et officieux construit un mode discursif de type « révélation » qui permet alors à Tijani d'échafauder une relation événementielle partisane. Non seulement il minimise la portée de l'échec militaire imputable à Ibn Lihyani, mais il s'efforce de légitimer le pouvoir de celui qui devient sultan de Tunis fin 1311. L'ouvrage, en stigmatisant les menaces internes comme externes, cherche à renforcer le sentiment d'unité autour du pouvoir d'Ibn Lihyani. C'est, en définitive, un pamphlet rédigé pour masquer l'avortement d'un État.