Citadins normands en voyage à la fin du XVe siècle
2008
Bruno SINTIC

Extrait de : "Les voyageurs au Moyen Âge (édition électronique)"
sous la direction de Henri Bresc et Denis Menjot ; 130e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Nicolas DROCOURT, Eva PIBIRI, Olivier TROUBAT, Sébastien NADOT, Sébastien GARNIER, Dominique LAURENT, Bruno SINTIC, Gilles BERTRAND, Yann DEJUGNAT, Michèle TOUCAS-BOUTEAU, Christiane DELUZ, Christine BOUSQUET-LABOUERIE

2008
p. 83-90
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Au Moyen Âge, la mobilité de la population est, dans l'ensemble, assez réduite. Pourtant, les voyageurs existent, notamment dans le monde urbain. L'étude de la société des petites villes normandes à la fin du Moyen Âge montre que les citadins aisés et influents voyagent souvent et assez loin : les officiers municipaux représentent leur ville et se rendent auprès du roi ou devant les responsables de l'administration royale. Ces derniers, baillis, évêques, capitaines, trésoriers, visitent à leur tour les villes de Normandie. Cependant, on constate que le voyage lointain est aussi l'affaire des milieux populaires : ouvriers qualifiés ou non et petits marchands se déplacent jusqu'aux confins du royaume pour les nécessités de leur travail ou bien pour se livrer à des trafics illicites.