L'Asie et les graveurs de la fin du Moyen Âge
2008
Christine Bousquet-Labouerie

Extrait de : "Les voyageurs au Moyen Âge (édition électronique)"
sous la direction de Henri Bresc et Denis Menjot ; 130e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Nicolas DROCOURT, Eva PIBIRI, Olivier TROUBAT, Sébastien NADOT, Sébastien GARNIER, Dominique LAURENT, Bruno SINTIC, Gilles BERTRAND, Yann DEJUGNAT, Michèle TOUCAS-BOUTEAU, Christiane DELUZ, Christine BOUSQUET-LABOUERIE

2008
p. 142-164
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les graveurs de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle ont mis en images les récits de voyage de Jean de Mandeville, écrit au XIVe siècle. Ils ont suivi les enlumineurs qui ont orné de manière importante les œuvres de ce voyageur écrivain qui a su réutiliser des récits précédents. Les bois gravés des éditions de Sorg, Richel ou Trepperel restituent l'univers du voyageur en le mettant brièvement en scène avant de donner une large place au monde des merveilles qui sous leur gravure devient progressivement un monde du fantastique. Les hommes, les animaux, la flore prennent des teintes inquiétantes et extrêmes en contradiction parfois avec la lettre et l'esprit du texte. Ce glissement progressif vers un univers du merveilleux et de l'insolite nourrit tous les fantasmes de l'occident au moment où les grandes découvertes océaniques tendent à nuancer le regard porté sur l'autre.