Un humaniste français à la découverte de Constantinople, le voyage en Grèce de Pierre Gilles (1544-1550)
2009
Bernard DOUMERC

Extrait de : "L'Antiquité vue par les voyageurs (édition électronique)"
Sous la direction de François BARATTE ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Claire BARAT, Cécile DESLANDES, Bernard DOUMERC, Jean-Pierre GRELOIS, Céline GUILMET, Lucile HAGUET, Jean LACROIX, Pascale LINANT DE BELLEFONDS, Gwendoline PLISSON, Virginia SALAMANQUES PEREZ, Esther SANCHEZ-MEDINA, Zinovia VERGHIS
Paris, Éditions du CTHS
2009
p. 31-42
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Oublié par l'Histoire, Pierre Gilles (1489-1551) trouve rarement une place dans les notices biographiques des dictionnaires et des encyclopédies. Pourtant, ce savant célébré en son temps, chargé de mission par François 1er auprès de Soliman le Magnifique, le prestigieux sultan ottoman, a laissé un témoignage d'une rare précision décrivant Constantinople au moment où la ville subit un bouleversement architectural irréversible. Le sultan faisant de l'ancienne capitale de l'empire byzantin le lieu de résidence de sa cour, cherche par tous les moyens à marque son emprise sur le territoire urbain. Dans son livre, De Topographia Constantinopoleos et de illius antiquitatibus, publié en 1561, l'auteur détaille avec minutie ses observations in situ. Grâce à lui, il fut possible de situer sans erreur l'emplacement de nombreux bâtiments antiques détruits par les architectes du grand Sinan. Un destin hors du commun, une œuvre d'un réel talent, il n'en fallait pas plus pour remettre en lumière ce récit méconnu.