Les cartes de synthèse ou cumulatives : une approche renouvelée en géolinguistique
2009
Guylaine BRUN-TRIGAUD

Extrait de : "Images de la langue : représentations spatiales, sémantiques et graphiques (édition électronique)"
sous la direction de Marie-José Dalbera-Stefanaggi et Marie-Rose Simoni-Aurembou ; 132e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles 2007
2009
p. 15-38
ISSN : 1773-0899
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La préparation de notre ouvrage, Lectures de l'Atlas Linguistique de la France de Gilliéron et Edmont. Du temps dans l'espace a permis de mettre en œuvre quelques expérimentations en matière de représentation des faits linguistiques. L'une d'entre elles consiste en ce que nous avons appelé cartes cumulatives ou cartes de synthèse.
Ce type de cartes existe depuis très longtemps, les premières tentatives remontent au XIXe siècle. Mais aujourd'hui les possibilités offertes par les logiciels ouvrent des horizons nouveaux car il devient possible non seulement de cumuler un grand nombre de faits tout en gardant une excellente visibilité, mais également de faire surgir des épiphénomènes invisibles autrement.
Nous nous proposons donc de montrer l'intérêt de cette méthode de représentation de la variation linguistique dans l'espace. Chacune des cartes de synthèse élaborées pourra faire l'objet d'interprétations contrastées, mais, par-delà ces interprétations, elles contribueront à d'offrir une vision renouvelée des parlers gallo-romans.