Les images du sens
2009
Jean-Philippe DALBERA

Extrait de : "Images de la langue : représentations spatiales, sémantiques et graphiques (édition électronique)"
sous la direction de Marie-José Dalbera-Stefanaggi et Marie-Rose Simoni-Aurembou ; 132e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles 2007
2009
p. 78-89
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le propos de cet exposé est de montrer comment les images que nous avons en tête en guise de représentation du réel passent dans le langage, comment elles s'y informent puis comment elles y évoluent. L'illustration support de cette réflexion est un ensemble de dénominations romanes de la toupie. L'idée directrice est d'exploiter la variation lexicale, vue sous l'angle onomasiologique, telle qu'elle est figurée dans des cartes d'atlas linguistiques. Bref d'esquisser une reconstruction du cheminement de ces dénominations à partir de la motivation primitive. La consultation d'un atlas dialectal déroute souvent le lecteur par la luxuriance lexicale que l'espace donne à voir car on a un peu de mal à comprendre comment des aires homogènes, manifestement héritières de la latinité, peuvent recéler une dizaine voire davantage de types lexicaux référant à une notion donnée. C'est le cas notamment de la toupie. L'accès au motif de ces mots n'est nullement garanti ; certains sont transparents, mais d'autres opposent une totale opacité au regard. Néanmoins l'analyse comparative des sens exprimés à travers ces variantes permet souvent de déceler le sémantisme ayant présidé à la création lexicale. Ces images du sens, attestées ou reconstruites, nous intéressent ici ; car elles constituent le pendant des variantes phoniques que livre l'espace et à partir desquelles l'étymon est reconstruit. En outre, comme sur le plan du phonétisme, les changements sémantiques peuvent de la sorte être mis en évidence à leur tour ainsi que, dans les cas les plus favorables, l'enchaînement des mutations.