Images et transferts culturels. Représentations occidentales de l'art japonais de combat.
2010
Michel Brousse

Extrait de : "L'Imagerie populaire, sources et modèles (édition électronique)"
sous la direction d'Annie Duprat ; 132e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles 2007
Éd. du CTHS
p. 45-62
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Produits culturels exportés, jujutsu et judo apparaissent en Occident dès les premières années du XXe siècle. Décrites comme le triomphe de l'adresse sur la force brutale, les techniques orientales innovent en consacrant l'art de retourner la force de l'attaquant contre lui-même. En France, en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, l'imaginaire collectif se construit en intégrant les symboles liés aux prouesses des soldats japonais : une efficacité supérieure, auréolée de noblesse, de mystère et d'exotisme. Entre humour et nationalisme, l'iconographie met en scène, souvent avec une touche d'érotisme, le sensationnel et le spectaculaire. Les représentations collectives qu'offrent, hors Japon, les premières images de l'art nippon mettent ainsi en œuvre un mode d'ancrage et de circulation d'une pratique nouvelle. Elles sont aussi révélatrices de la construction d'un fond culturel transnational commun résultant du transfert culturel.