Les bourgeois rochelais peints par Louise Rang-Babut et André Brossard
2010
Aurore Hillairet

Extrait de : "Le Portrait : formes, catégories et fonction d'un genre (édition électronique)"
Sous la direction de Sandra Costa. 132e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles, 2007
Éd. du CTHS
2010
p. 7-25
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Dépense somptuaire, l’achat d’un portrait est l’apanage d’une classe sociale aisée, la bourgeoisie. Les bourgeois rochelais passent commande auprès de plusieurs artistes, parmi lesquels Louise Rang-Babut (1805-1884) et André Brossard (1808-1890). Tous deux spécialisés dans ce genre pictural, ils deviennent les peintres attitrés de la bourgeoisie rochelaise avec deux types de portraits : des portraits de personnalités officielles (préfets ou ecclésiastiques) et des portraits privés de bourgeois (banquiers, propriétaires, négociants...).
Cette étude ne porte pas sur la valeur artistique de ces portraits, mais sur leur intérêt historique. Les portraits reflètent en effet le patrimoine culturel, la richesse historique d’une ville, puisqu’ils donnent à voir les hommes qui y ont eu de l’importance. La connaissance des hommes et des femmes représentés nous amène à mieux appréhender la réalité locale. Par la même occasion, ils nous renseignent également sur les peintres qui les ont portraiturés.