Le portrait divisionniste : un exercice de style
2010
Claire Maingon

Extrait de : "Le Portrait : formes, catégories et fonction d'un genre (édition électronique)"
Sous la direction de Sandra Costa. 132e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles, 2007
Éd. du CTHS
2010
p. 27-37
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les portraits sont rares dans l’histoire du néo-impressionnisme français de Georges Seurat, Paul Signac et Henri-Edmond Cross. Ils offrent pourtant une source d’étude inédite et transversale édifiante sur le plan historique, technique et iconographique de ces trois peintres majeurs de l’art moderne. D’inspiration biographique, leurs portraits nous font entrer dans une intimité réputée secrète et inaccessible. Ils apparaissent également comme des objets de réflexion utiles à l’évolution de la science chromatique appliquée à la peinture. Enfin, les portraits divisionnistes permettent de comprendre la richesse culturelle et iconographique de ces peintres trop souvent considérés comme en réaction contre la culture classique et académique. Ils apportent surtout des éléments de réponse sur la nature contemplative et métaphysique de la peinture néo-impressionniste.