Immagini ornitomorfe e motivi solari nel Bronzo Recente e Finale in Italia (à paraître)
2010
Tomaso di Fraia

Extrait de : "Imaginer et représenter l'au-delà (édition électronique)"
Sous la direction de Pierre-Yves LE POGAM ; 132e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Arles 2007

Tomaso Di FRAIA, Bernard ARQUIER, Nadine GUILHOU, Martin GALINIER, Claude CAROZZI, Pierre-Yves LE POGAM, Marlène DELSOUILLER, Jean-Pierre SUAU, Yannick FRIZET, Bernard COUSIN
Paris; Éditions du CTHS
2010
p.7-22
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Les matériaux archéologiques contenant des images ou des symboles reliés au soleil et/ou reproduisant des oiseaux seront très diffusés en Italie à l’âge du fer, mais je veux traiter ici essentiellement d’une série d’objets du Bronze Récent et Final, en recherchant les raisons de leur genèse et de leur succès ; ensuite je m’efforcerai de cerner de possibles éléments de longue durée, grâce surtout à la documentation écrite et en particulier à la mythologie. Dès le Paléolithique nous trouvons plusieurs représentations ornithomorphes ; en Italie quelques sites néolithiques ont restitué d’intéressantes reproductions plastiques d’oiseaux aquatiques, en particulier anatidés. Mais c’est au Bronze Récent (subappenninico) que nous enregistrons une véritable explosion de motifs ornithomorphes, principalement comme appendices des anses sur la poterie. Au cours du Bronze Final, les motifs solaires (roue, croix, svastica, girandole, quincunx, etc.) connaissent aussi une grande diffusion et forment souvent des compositions complexes (surtout des disques et des bateaux solaires), en corrélation avec d’autres motifs, comme les ornithomorphes ou les haches, tous doués de fortes valeurs symboliques et religieuses. La mythologie classique montre plusieurs cas de corrélation entre les divinités et les oiseaux.